Le 28 juillet

ukrainiyu !

Depuis un moment nous rêvons tout les deux de l’Ukraine, ses terres noirs fertiles et son passé communiste, nous voulons nous immerger pour mieux comprendre.

Vous passerons la frontière à Hrebenne.

Après voir lu et entendu beaucoup de recommandations sur l’Ukraine. Nous repoussions et appréhendions ce passage ; entre les flics « militsia » corrompu, les chauffards et les route en mauvais états …. beaucoup de questionnements.

En arrivant au poste frontière, le 1ere passage est pour quitter la Pologne, un homme avec une oreillette et un sourire argenté nous fait signe de passer dans la file de droite, donc nous doublons une file de voiture de quelques kilomètres… nous imaginons qu'il s'agit de la file pour les camions.

Mais arrivé au tcheck point, nous nous rendons compte que c'était pour les transports de marchandises tant pis …le gardien nous fait signe , faisons demi tour...Il nous indique où aller, il voit que nous ne comprenons pas grand-chose, et que nous sommes là en grande première, après quelques courtoisies, et quelques signes nous avançons, et attendrons au moins 1heure et demie.

 

Nous commençons a voir des petits et grands drapeaux jaunes et bleu. Les visages changent, les ukrainiens arrivent de Pologne avec les coffres rempli d'electro ménager… frigos …

les regards, malgré l'attente et la chaleur orageuse, sont sereins. Ça rigole et déambule entre les autos, nous voyons les premières « ladas » véhicule d'un autre temps… qu'es qu'elles sont belles, jaune toute rouillée ; violette lustrée ; noir aux vitres fumées.

Des hommes observe le camion, pas très rassurés sur l’état des suspensions, leurs yeux ne semblent pas alarmés.

La barrière s'ouvre et arrivons aux portails de contrôle, un douanier polonais l'air sévère, nous demande les papiers du camion, les passeports et d'ouvrir les portes arrière, il inspecte rapidement notre intérieur.

1ere étape… ok….nous déambulons dans le no man's land sur quelques mètres. Nous apercevons un autre portail. Pareil impossible de comprendre où aller… nous passons une barrière déjà ouverte, pas de soucis on y va … le gardien ukrainien : oh !!! il fallait s’arrêter ! Il rigole se moque un peu de nous et nous dit ou aller.

Contrôle, accueillit par des fonctionnaires, même schmilblik… paper ! Passport ! Open the doors !

Face à une militaire qui plaisante avec « Pierre Cardin » !

Des hommes et femmes vêtu d'uniforme bleu nous oriente vers les différentes étapes a accomplir pour faire les papiers en bon et du forme..Gershwin passe de bureau en bureau, beaucoup d'informations sont notées. L'histoire du veterinaire, il vient juste l'admirer.

Le temps que Gershwin gère la paperasse, Agapkine reste au camion, pour la fouille et gérer Mazut qui a très chaud. Beaucoup de regards curieux, les hommes un peu plus insistant.

Il sont impressionner qu'une fille conduise un gros camion. Il rigole d'Agapkine.

Deux jeunes hommes qui ont un 3t5 rempli de vélos, un accompagne Gerswin au bureau, l'autre attends tout prêt.

Enfin gerswin de la maison des fous c'est bon tout est réglé… heureux comme des Pôp !!